Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Accès à la langue : L’agglo crée un service public de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme

Publié il y a 21 jours

  • Actualités
  • Accès à la langue : L’agglo crée un service public de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme

Favoriser l’accès de tous à la langue française et au numérique : c’est l’objet du nouveau service public mis en place par l’agglo avec le soutien de l’État.

L’initiative avait été annoncée en mai dernier, lors de la visite à Grand Paris Sud de Jean-Louis Borloo et de Thierry Lepaon, délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale. L’agglo a tenu sa promesse en créant, lors du conseil communautaire du 2 octobre, un nouveau « service public d’accès à la langue française et de lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme ».

 « Ce fléau invisible est dévastateur pour la vie sociale, l’accès à l’éducation et à la vie professionnelle, explique Marie-Line Pichery, vice-présidente chargée de la politique de la ville. Il est aussi mortifère pour le développement économique des quartiers et des villes. Le coût humain et économique de l’illettrisme est considérable et justifie pleinement notre mobilisation ». 

Pour mettre en oeuvre ce service public, une « feuille de route » sera signée avant la fin de l’année par l’agglomération avec la délégation interministérielle, la Caisse d’allocations familiales de l’Essonne et l’Université d’Évry. Un important travail de diagnostic a déjà débuté et va se poursuivre en 2019 dans les 24 communes de l’agglo. Trois ou quatre guichets uniques seront créés pour coordonner les actions déjà en place (1 000 personnes bénéficient des ateliers et des cours dispensés par une vingtaine de structures), et pour accueillir et accompagner les personnes vers la structure ou la formation la plus adéquateLes agents de ce nouveau service travailleront en lien étroit avec la délégation interministérielle, notamment pour bénéficier de toutes les aides possibles de l’Etat, afin de financer par exemple de nouvelles formations, des supports de communication, des acquisitions de livres ou de matériel. 

« L’objectif est à la fois simple et ambitieux : mettre en place un parcours d’apprentissage et d’accompagnement sur la maîtrise de la langue française et l’autonomie numérique à chaque âge de la vie », conclut Marie-Line Pichery.


Neuf millions de personnes en difficulté 

L’accès à la langue est devenu un enjeu majeur en France, où l’on estime que 9 millions de personnes éprouvent des difficultés avec la lecture et l’écriture et 14 millions avec le numérique. Grand Paris Sud n’échappe pas à la règle, avec 40 000 personnes touchées par le problème dont la moitié dans les quartiers prioritaires en politique de la ville.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus