Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

  • Actualités
  • Acte 2 Plan de relance : Rénovation énergétique des TPE-PME : pensez au crédit d’impôt !

Acte 2 Plan de relance : Rénovation énergétique des TPE-PME : pensez au crédit d’impôt !

Publié il y a 7 mois

Chaque mois, l’agglo vous propose un coup de projecteur sur le Plan de relance déployé par le gouvernement pour redresser rapidement et durablement l’économie française. Ce plan de 100 milliards d’euros s’articule autour de trois volets principaux : l'écologie, la compétitivité et la cohésion. Ce mois-ci, place à la rénovation énergétique de vos bureaux, entrepôts, commerces…

Ce que le Plan de relance propose :

  • près de 7,5 milliards d'euros pour la rénovation énergétique des bâtiments et la relance de la construction durable ;
  • 4 milliards pour la rénovation des bâtiments publics (écoles, université…). Le gouvernement visent notamment les rénovations globales et s'adresse aux bailleurs et aux copropriétés, là où les travaux sont les plus difficiles à déclencher. 500 millions d’euros sont prévus pour la rénovation énergétique du parc social et 200 millions pour le parc des PME/TPE.

Profitez du crédit d’impôt

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt, dans la limite de 25 000 € par entreprise, jusqu’au 31 décembre 2021. Son montant est de 30 % des dépenses éligibles. Le dispositif est ouvert pour les dépenses engagées entre le 1er octobre 2020 (devis daté et signé postérieurement au 1er octobre) et le 31 décembre 2021.

Cela concerne :

  • isolation des combles, toitures, murs… ;
  • chauffe-eau solaire collectif ;
  • pompe à chaleur de type air/eau, eau/eau ou sol/eau (y compris PAC hybrides, PAC à absorption et PAC à moteur gaz) ;
  • ventilation mécanique simple flux ou double flux ;
  • systèmes de régulation/programmation du chauffage et de la ventilation…

Toutes infos sur economie.gouv

Le secteur de la construction sur l’agglo :

En chiffres*

  • 3 450 entreprises (soit 14 % des sociétés de l’agglo, contre 10 % en Île-de-France) ;
  • 8 033 emplois (soit 6 % des emplois de l’agglo, contre 5 % en Île-de-France).

* source : chiffres 2017 de l’Observatoire territorial Grand Paris Sud

Inquiets, mais combattifs

Les professionnels du bâtiment d’Île-de-France estiment que leur chiffre d’affaires va diminuer 15,3 % en 2020 par rapport à 2019*.

  • 40 % des entreprises rencontrent des difficultés de trésorerie.
  • Elles constatent une stagnation ou une baisse des prix des marchés en 2019 par rapport à 2020.
  • Recours massif aux aides pour 70 % des entreprises.

• Perspectives d’activité :

  • Faible visibilité sur les carnets de commande.
  • Doutes sur la pérennité des entreprises en 2021 pour 30 % d’entre-elles.

* Chiffres Fédération française du bâtiment

Plus d’infos ICI


Rencontre avec Fabien Daurat, président de la Fédération française du bâtiment de l’Essonne : plus de 900 adhérents représentants plus de 10 000 salariés sur le 91.

Qu’attendez-vous du Plan de relance de plus de 7 milliards d'euros pour la rénovation énergétique des bâtiments ?

« Beaucoup ! C’est évidemment une excellente nouvelle dont nous nous félicitons, même si nous restons vigilants. Ce dispositif va susciter de nouvelles opportunités que nous allons évidemment saisir.

Nous souhaitons juste nous prémunir des effets indésirables qui pourraient en découler. Je pense notamment à des projets déjà votés par les collectivités locales qui pourraient être repoussées pour rentrer dans ce Plan. »

Quelle est la situation des entreprises du bâtiment en ce début d’année 2021 ?

« Nous nous attendons à une année chaotique et nous sommes relativement inquiets.

Nous avons réussi à rester à flot en 2020 car nous avons été largement entendus au niveau de l’État. Je pense notamment aux PGE (Plans Garantis par l’État), aux mesures de chômage partiel, à la reconnaissance professionnelle des métiers sinistrés… Cette crise a permis de resserrer les liens déjà étroits que nous entretenions avec les pouvoirs publics, les chambres consulaires…

L’État a pris ses responsabilités et nous, nous avons pris les nôtres en tant que dirigeants. Il n’y a pas eu ou peu de licenciements dans notre secteur d’activité. Les aides, bien sûr, c’est important, mais, nous avons surtout besoin de travail.

Aujourd’hui, les carnets de commande s’affaiblissent très sérieusement. La baisse de 30 % des permis de construire et de mises en chantier dans le neuf ne présage rien de bon.

De nombreuses entreprises ont déjà utilisé leur PGE, certaines trésoreries sont au plus bas et le risque de dépôts de bilan est important.

Nous espérons aussi que la clarification, en cours, sur MaPrimRenov’ soit rapide. La profession s’est largement mobilisée pour répondre aux besoins des particuliers et des collectivités pour leurs travaux liés à la transition énergétique. Les retards de versement pourraient plonger de nombreuses sociétés dans une situation critique. »

Quelles actions avez-vous déployées pour garder le lien avec vos adhérents depuis le début de la crise sanitaire ?

« Nous n’avons pas chômé et nous continuons avec énergie et volontarisme. Nous avons distribué dès que possible gels, masques… Nous organisons aussi de nombreuses visios et avons lancé "l’Incontournable" qui, chaque semaine, reprend tout ce qu’il faut retenir de l’actualité pour notre activité. »

Plus d’infos sur Fédération Française du Bâtiment de l'Essonne

Et sur Facebook, Instagram, LinkedIn, YouTube : Fédération française du bâtiment de l’Essonne


Vous bénéficiez des mesures du Plan de relance ou déployez des actions dans ce cadre ?

Un kit de communication a été spécialement conçu pour valoriser vos projets auprès de vos clients et de vos salariés. Plus d’infos ICI

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus