Chargement...

©2020 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Aisance aquatique : Grand Paris Sud voit la vie en bleu

Publié il y a environ un mois

Lauréate de l’appel à projets "Classe bleue" de l’Agence Nationale du Sport, Grand Paris Sud, en collaboration avec la Ligue Ile-de-France de natation et la ville de Grigny, vient d’organiser sa première action à destination des enfants de 4 à 6 ans afin de les amener vers plus "d’aisance aquatique". Près d’une vingtaine de maîtres-nageurs du territoire ont été formés à cette occasion.

« C’est souvent difficile de proposer l’apprentissage de la natation aux enfants de maternelle car, la plupart du temps, nous ne disposons pas de créneaux ! Organisée sur un temps défini, la classe bleue permet de déployer une méthodologie efficace afin de les amener vers une aisance aquatique qui leur permettra d’être en sécurité dans l’eau. » Responsable pédagogique à la piscine de Grigny, Éric Poignant était en charge de l’organisation de ce premier « stage », qui s’inscrivait dans le cadre du plan interministériel de lutte et de prévention contre la noyade et qui s’est déroulé du 27 janvier au 7 février à la piscine de Grigny.

Former les maîtres-nageurs

À cette occasion, les maîtres-nageurs, pour la plupart issus des piscines de Grand Paris Sud, ont été formés à la prise en charge des enfants de 4 à 6 ans selon les modalités définies pour les classes bleues. Le principe ? Faire venir les jeunes à la piscine en « massé » pour leur apprendre à évoluer dans l’eau en grande profondeur et sans matériel de flottaison. À la manière d’une classe verte ou d’une classe transplantée, les élèves ont vu leurs journées ponctuées par leur immersion dans le bassin, où ils se sont rendus une fois par jour pendant deux semaines.

Une expérimentation sur 3 ans

« Il s’agit d’une expérimentation intitulée "Pédagogie de la réussite en action", développée en collaboration avec Jean-Michel Mattiussi, de la Fédération Française de Natation, Mauro Antonini et son équipe d’experts du groupe Icare, précise Éric Poignant. Elle se déroulera sur 3 ans. Nous suivrons les enfants pour voir comment ils évoluent et nous accompagnerons les maîtres-nageurs formés pour savoir comment ils ont assimilé cette formation, s’ils mettent eux-mêmes en place des classes bleues ou s’ils souhaitent de l’aide pour le faire. » À terme, les conseillers pédagogiques, les enseignants et les parents seront également formés à ces méthodologies afin de permettre aux enfants de bénéficier d’une équipe entièrement sensibilisée au projet.

Des classes bleues sur tout le territoire

Pour cette première année d’expérimentation, les maîtres-nageurs ont alterné formation théorique le matin et formation pratique auprès des enfants de l’école Lucie Aubrac de Grigny l’après-midi. « Géographiquement, ce sont les élèves les plus éloignés de la piscine. Nous les avons donc reçus en priorité car ce ne sera pas évident pour eux de revenir en dehors du système scolaire. Au bout de deux semaines de stage, pas de fatalité ni de déterminisme pour ces 38 enfants qui semblaient a priori les plus éloignés de la natation : ils ont obtenu 100 % de réussite sur le premier palier de l'aisance aquatique, à savoir : entrer seul dans l'eau, se déplacer en immersion complète et sortir seul de l'eau. »

Une mobilisation de tous les partenaires

Pour obtenir ces résultats, une vingtaine de maîtres-nageurs sauveteurs ont été mobilisés, dont 18 agents de Grand Paris Sud qui, devenus Formateurs de l'Aisance aquatique, seront chargés, dans les mois à venir, de développer la démarche Classes bleues en collaboration avec les enseignants et les conseillers pédagogiques intéressés par ce projet, auxquels plusieurs de leurs représentants ont collaboré. Deux conseillers pédagogiques départementaux, 12 conseillers pédagogiques de circonscription et 5 enseignants de l'école Lucie Aubrac se sont ainsi mobilisés pour cette action.

Une opération saluée par la Ministre

Cette collaboration étroite entre les professionnels de la natation et les enseignants de l'Éducation nationale est l'un des enjeux forts du plan de lutte et de prévention contre la noyade, porté par Roxana Maracineanu et son cabinet ministériel. Sa visite, en fin d’expérimentation, a pris la forme d’un moment de partage privilégié entre la Ministre et tous les participants. Pour Grand Paris Sud, c’est une opération réussie : désormais, toutes les piscines de la communauté d’agglomération seront capables d’organiser des classes bleues qui permettront aux enfants d’évoluer dans l’eau en toute sécurité.

Crédits photos : Ligue Ile-de-France de Natation, agglomération Grand Paris Sud et Adobe Stock.

Équipement lié
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus