Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

  • Actualités
  • ÉCOLE DE PRODUCTION DE L’ICAM : Une deuxième chance pour les 15-18 ans

ÉCOLE DE PRODUCTION DE L’ICAM : Une deuxième chance pour les 15-18 ans

Publié il y a plus de 3 ans

Après une période de rodage, l’école de la deuxième chance de l’Icam est passée en phase de production. La mécanique et les métiers de l’usinage pour lutter contre le décrochage scolaire...

Nous accueillons depuis la rentrée 8 jeunes de 15 à 18 ans en situation de décrochage scolaire et qui ne sont pas mûrs pour reprendre un parcours en lycée professionnel ou en apprentissage », indique Benjamin Chabroux, responsable de l’école de production de l’Icam, l’école d’ingénieurs installée au Carré Sénart, à Lieusaint.  Cette « école de la deuxième chance » propose à ces jeunes d’obtenir en deux ans un CAP de conducteur d’installation de production. Une formation concrète aux métiers de l’usinage, du tournage et du fraisage, un secteur en grande pénurie, dans lequel les entreprises ont beaucoup de mal à recruter. Parallèlement à leurs travaux pratiques, encadrés par deux maîtres professionnels, les élèves suivent des cours théoriques, assurés par des bénévoles. Trois d’entre eux se sont d’ailleurs portés volontaires, suite à l’annonce parue dans notre magazine en juillet dernier ! 

Au programme : des sciences physiques, des maths, de la culture d’entreprise, du français, de l’histoire et géo et de l’éducation civique.

« Après deux mois d’approche pédagogique, nous sommes entrés en décembre dans la phase proprement dite de production pour la société de mécanique générale KG Industrie, qui fabrique des torches plasma pour Air Liquide », précise Benjamin Chabroux.

Des contacts sont également noués avec BMO Outillage et Le Piston Français à Savigny-le-Temple, Zodiac Aerospace (bientôt à Villaroche) et Supadis au Plessis-Pathé.

Autre originalité de cette école pas comme les autres : ses élèves bénéficient de deux heures hebdomadaires de soutien scolaire assurées par des élèves ingénieurs de 2e année de l’Icam. L’école de production est financée grâce à des subventions de l’agglo, dans le cadre des fonds européens et du Contrat d’intérêt national, ainsi que par des contributions de l’Union de la métallurgie, de la Fondation Vinci pour la cité et du Fonds de revitalisation de l’État.

Équipement lié
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus