Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Genopole, une nouvelle gouvernance et d’ambitieux projets de développement

Publié il y a 3 mois

  • Actualités
  • Genopole, une nouvelle gouvernance et d’ambitieux projets de développement

Le premier biocluster français dédié à la recherche en génomique, génétique et biotechnologies, implanté sur Évry-Courcouronnes, continue son ascension en vue de Genopole 2030. Le pied sur l’accélérateur n’est pas prêt de se relâcher !

C’est à l’unanimité que Stéphane Beaudet, président délégué de Grand Paris Sud chargé de l’attractivité du territoire, des mobilités et des transports, ainsi que du pôle génopolitain a été élu président du GIP (Groupement d’intérêt Public) Genopole, le 27 mars dernier.

 «Genopole est dans l’ADN d’Évry-Courcouronnes, explique celui qui est également maire de la commune, et plus particulièrement sur le territoire de l’agglomération. C’est une filière majeure pour la santé de demain et notre développement économique d’aujourd’hui ! C’est là le défi que je veux porter : continuer de chercher, tester et expérimenter pour découvrir de nouvelles molécules et concevoir de nouveaux médicaments tout en offrant des perspectives de développement aux investisseurs et entrepreneurs des biotechnologies afin que les emplois et la richesse ainsi créés bénéficient à notre territoire et son tissu économique. »

Dynamiser la recherche biomédicale

Genopole et le Centre hospitalier sud francilien (CHSF) ont conjointement conduit, ces dernières années, plusieurs actions visant à faciliter une recherche partenariale et le transfert médical des innovations. Elles aboutissent aujourd’hui à des projets concrets.

Parmi elles, citons notamment :

  • Un "appel à idées innovantes" pour favoriser les innovations biomédicales : ouvert au personnel médical et paramédical, il a pour objectif de faire émerger sur le territoire des partenariats entre une équipe du CHSF et un acteur de Genopole (laboratoire ou entreprise). En répondant à cet appel, les candidats retenus à l’issue d’une commission de sélection peuvent bénéficier d’un accompagnement de Genopole et d’un soutien financier pour passer de l’idée au lancement d’un projet. Sur la première édition, qui s’est tenue fin 2018, 4 lauréats ont ainsi été désignés et soutenus pour développer de nouvelles solutions médicales. La majorité d’entre elles œuvrent dans le domaine de l’e-santé en s’appuyant sur des technologies d’intelligence artificielle.

  • Un projet de collection de sang de cordon, à visée de recherche, chez des sujets à risque pour la drépanocytose (maladie génétique appelée aussi anémie falciforme). Cette étude, intitulée DREPACORD, est portée scientifiquement par Anne Galy, directrice de l’Accélérateur de recherche technologique en thérapie génomique (ART-TG) et du laboratoire Integrare, situés au cœur du biocluster Genopole. Elle implique, par ailleurs, le service de gynécologie du CHSF. Des cellules de sang de cordon seront prélevées sur des nouveau-nés à risque de drépanocytose pour constituer une collection. Des expérimentations en laboratoire permettront de caractériser les cellules des individus porteurs de la maladie et de mettre au point les méthodes de préparation, de modification génétique et de conservation de ces cellules. À terme, l’objectif est de pouvoir traiter les enfants atteints de drépanocytose par des greffes autologues de cellules de sang de cordon "corrigées".

Genopole 2030, c’est déjà aujourd’hui !

 Plus d’infos : https://www.genopole.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus