Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

HÔPITAL DE CORBEIL : DES AGENTS EN RENFORT

Publié il y a plus d'un an

Le Centre hospitalier Sud Francilien (CHSF), situé à Corbeil-Essonnes, connaît actuellement un afflux de patients lié à l’épidémie de COVID-19. Face à cette pression sanitaire exceptionnelle, l'hôpital a fait appel à des bénévoles pour les aider à accomplir leurs missions médicales. Parmi les 80 volontaires de Grand Paris Sud et d'Evry-Courcouronnes qui se sont proposés pour venir renforcer les équipes de l’établissement, treize agents y interviennent depuis deux semaines. L’un d’entre-eux, Marc, témoigne.


Pour faire face à l'afflux des patients atteints de covid-19, l'hôpital de Corbeil a fait appel à des bénévoles pour l'aider à accomplir ses missions médicales. Outre leurs interventions au sein du CHSF, des volontaires de Grand Paris Sud et d'Evry-Courcouronnes assemblent des visières de protection à destination du CHSF, mais aussi d'autres structures (Ehpad...) de l'agglomération, dans le conservatoire Xenakis. Voir vidéo ci-dessus.

« Nous ne sommes pas en première ligne comme les soignants, mais nous essayons de leur apporter un soutien logistique et humain en prenant en charge certaines tâches annexes, explique Marc, pour l'heure agent de sécurité incendie. Grâce à l'interface entre GPS et le CHSF, ils se sentent épaulés, moins seuls. »

DES FEMMES VOLONTAIRES

Au nombre de ces bénévoles, sept femmes sont venues augmenter les équipes du CHSF. Notamment à la restauration, où Brigitte et Isabelle  interviennent du lundi au vendredi, dès 7h15 et jusqu'à 15h15, fin du service. Là, elles aident au stockage des denrées, à la mise en place des repas et à l'entretien des locaux.


Quant aux cinq standardistes, elles ont dû suivre une formation d'un jour pour assurer leur poste. Pensez ! Intégrer le fonctionnement d'un CHSF, les différents services, flécher les appels, rassurer les interlocuteurs… n'est pas une mince affaire ! Les unes assurent le service de nuit, de 19h à 7h, les autres le service de jour, de 7h à 19h. Leurs prénoms ? Virginie, Emmanuelle, Adeline, Claire et Emmanuelle.

« Le plus souvent, souligne Marc, les agents n'étaient pas familiers du travail qu'ils assument. Ils ignoraient même quel type de tâches les attendait. En peu de temps, nous avons noué des liens très fort avec des personnes que nous ne connaissions pas hier. Des liens hors nos hiérarchies respectives, qui permettent d'avancer sur un objectif commun. Nous sommes tous là pour la même chose : le service publique. Il prend ici tout son sens. »


DES MAGASINIERS QUI FONT TOURNER LA BOUTIQUE

Autre renfort indispensable aux équipes en place : les manutentionnaires. « On a tous envie de participer à l'entraide », note Marc. Alors, de 8h à 16h, Karim , figure bien connue du service des arts visuels d'Evry-Courcouronnes, Jérémie, Jérémie et Olivier déchargent, calibrent et rangent le matériel nécessaire au fonctionnement d'une super structure comme le CHSF… Puis le redistribuent au fil des besoins.


LES AGENTS DE SECURITE

Rien ne prédestinait Karim et Marc à rejoindre l'équipe de seize personnes qui assurent déjà la sécurité de ce lieu sensible… Et pourtant : « un jour sur deux, nous nous relayons de 7h à 19h, 7/7 jours, pour vérifier les installations de sécurité incendie, dans un lieu qui concentre haute technologie et équipements sensibles. Nous avons même participé, en tant qu’agent chargé de la protection incendie, à des évacuations sanitaires par hélicoptère vers d'autres lieux de délestage », assure Marc.


LES EXTRAS, C'EST EXTRA

Vendredi 3 avril, journée spéciale : dix agents volontaires sont intervenus ponctuellement afin de réaliser une chape pour une plate-forme de stockage de 600 m2. « L'opération était prévue sur deux jours mais, en une matinée, ils avaient bouclé leur programme. »

Un enthousiasme qui fait chaud au cœur du personnel hospitalier. « Ça leur a donné un coup de boost, assure Marc. Mais chacun d'entre nous a un rôle à jouer, aussi bien les habitants qui restent confinés, soucieux d'endiguer l'épidémie, que celui qui contrôle les locaux de conservatoires. Nous avons tous de l'importance. »

Une Ola pour tous ces volontaires et les autres !

Équipement lié
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus