Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

  • Actualités
  • Jean-Marc Grognet : " Genopole s’inscrit dans une forte dynamique d’expansion "

Jean-Marc Grognet : " Genopole s’inscrit dans une forte dynamique d’expansion "

Publié il y a plus de 3 ans

À Évry-Courcouronnes/Corbeil-Essonnes, Genopole poursuit sa stratégie d’expansion. Spécialisé dans les sciences du vivant le 1er biocluster français favorise l’éclosion des biotechnologies desquelles naîtront des innovations intéressant les secteurs médical, environnemental et industriel. Entretien avec son directeur général, Jean-Marc Grognet.

Grand Paris Sud : Le plan « Genopole 2025 » est engagé ; il prévoit un fort développement des activités du cluster autour de plusieurs axes stratégiques. On parle notamment de médecine personnalisée et de biologie de synthèse. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Jean-Marc Grognet : Le biocluster, financé par l’État, la Région Île-de-France, la communauté d’agglomération Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart et l’AFM-Téléthon, constitue un écosystème territorial que nous entendons consolider en mettant en œuvre ce plan ambitieux et en nous inscrivant dans le programme national France Médecine Génomique 2025. Ce programme prévoit l’implantation à Genopole, au Centre national de génomique (CNG), d’un Centre de référence technologique, d’innovation, d’expertise et de transfert (CrefIX). Le CrefIX aura pour mission de tester et de valider les nouvelles technologies de séquençage des génomes qui seront utilisées par douze plates-formes réparties dans le pays pour séquencer les génomes des personnes diabétiques, des malades atteints de cancers et à plus long terme celui de patients atteints de pathologies communes. Les échantillons génétiques transmis par les hôpitaux seront analysés afin de transmettre au médecin une information précise qui l’aidera à définir le traitement le plus adapté. Des efforts importants seront également déployés pour la médecine régénérative et la thérapie génique. Quant à la biologie de synthèse, Genopole a été précurseur en France en investissant très tôt d’importants moyens pour l’émergence de cette discipline – au croisement de la génétique, des mathématiques, de la physique, de l’informatique … – qui consiste en la construction de systèmes biologiques pour la production de molécules d’intérêt pour l’industrie pharmaceutique, cosmétique, agro-alimentaire, etc. La biologie de synthèse emprunte des voies de production biologique, moins polluantes que la chimie traditionnelle. Genopole a pensé tout un écosystème pour le développement de la biologie de synthèse en France et porte aujourd’hui le projet GenoBios avec le pôle Toulouse White Biotech pour dynamiser plus encore la recherche et impliquer davantage le monde industriel.

GPS : Genopole est notamment au cœur de l’actualité francilienne avec son programme d’extension retenu dans le cadre de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris ». Quels sont les enjeux de l’opération ?

J-M. G. : Le projet d’agrandissement du campus génopolitain a été sélectionné par la Métropole du Grand Paris, cela souligne que Genopole représente un marqueur fort de l’identité métropolitaine. Un terrain de 10 600 m2 identifié par la Ville d'Évry-Courcouronnes à proximité du campus, permettra de répondre en partie aux besoins immobiliers de Genopole. Cette opération est en capacité d’accueillir une grande entreprise et de permettre la construction de bâtiments pour de jeunes entreprises innovantes œuvrant dans nos secteurs d’intérêt.

GPS : Comment se dessine l’avenir de Genopole ?

J-M. G. : Notre objectif est d’accroître la visibilité de Genopole comme biocluster scientifique, médical et industriel au niveau mondial et d’amplifier notre capacité d’accueil. Nous allons intensifier nos actions de prospection à l’international pour attirer sur le site des entreprises étrangères. Sélectionnés par l’opération French Tech Ticket, nous contribuons au renforcement de l’attractivité de la Région Île-de-France. De nouveaux outils pour l’accompagnement et la croissance des entreprises ont été mis en place cette année (nouveaux dispositifs Shaker et Booster) , afin de développer notre mission de développement économique et de création d’emplois, primordiale à mes yeux. Nous développons une offre commerciale en établissant un état des lieux de nos disponibilités foncières et immobilières et de ses développements potentiels. Nous nous inscrivons résolument dans la dynamique de Paris-Saclay et avançons unis dans cette démarche, associés aux établissements d’enseignement supérieur d'Évry-Courcouronnes (Université d'Évry-Courcouronnes - Paris Saclay, ENSIIE, Télécom SudParis, Télécom École de Management), rassemblés sous la bannière « Évry-Courcouronnes, Soleil Levant de Paris-Saclay ». Nous partageons l’ambition forte de consolider ce réseau qui inclut formations, recherche et industrie dans le domaine interdisciplinaire des sciences de la vie afin d’attirer plus d’étudiants, de chercheurs et d’entrepreneurs… Par ailleurs, pour accélérer le développement de médicaments, développer une activité de recherche médicale en lien notamment avec le Centre de recherche clinique et translationnelle de Genopole, il me paraît indispensable que le CHSF obtienne le statut de centre hospitalier universitaire. Enfin, Genopole se réjouit de la création de la société YposKesi co-créée par l’État et l’AFM-Téléthon. Première usine de production de médicaments de thérapie génique et cellulaire, YposKesi devrait tripler en capacité d’ici 2021. La structure emploiera près de 300 ingénieurs, pharmaciens, techniciens dans trois bâtiments totalisant 13 000 m2.

Genopole s’étend...

Le chantier est lancé en bordure de Nationale 7, en plein cœur de Genopole. Le « pôle de vie » va radicalement changer la physionomie de ce quartier d’Évry/Corbeil-Essonnes. Constitué de sept bâtiments couvrant une superficie de 21 000 m2, deux sont pour le moment sortis de terre, le pôle de vie accueillera les salariés du Groupement d’intérêt public Genopole et de la Sem, chargée de gérer une grande partie du patrimoine immobilier de Genopole. Une résidence pour étudiants / chercheurs et une crèche ont déjà ouvert leurs portes. Suivront un restaurant inter-entreprises, divers commerces, des professionnels de santé… dans cet ensemble immobilier qui dynamisera la vie de quartier et donnera plus d’attractivité au biocluster génopolitain.

Ouvert sur le territoire

Créé en 1998, Genopole est le premier biocluster français dédié à la recherche en génomique, génétique et aux biotechnologies. Genopole compte 86 entreprises, 19 laboratoires académiques, 25 plates-formes technologiques et un centre de recherche clinique et translationnelle qui entretiennent d’étroites relations avec le Centre Hospitalier Sud-Francilien et l'université d'Évry-Courcouronnes Paris-Saclay.


Lire également la biographie de Jean-Marc Grognet.

Plus d'infos sur le site web de Genopole.

Équipements liés
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus