Chargement...

©2021 grandparissud.fr
Tous droits réservés

Sport et enseignement : une seule et même passion !

Publié il y a 8 mois

Du 1er au 7 février, c’est la Semaine Olympique et Sportive (SOP 2021). À cette occasion, nous avons rencontré Céline Chevillon, professeur d’EPS au collège Grand Parc, à Cesson, et référente Génération 2024 pour l’Académie de Créteil jusqu’à l’an passé. Avec elle, nous revenons sur son parcours et sur ses projets pour cette nouvelle édition de la SOP.

« Mes parents étaient très sportifs. J’ai toujours été bercée dans ce milieu. Basket, natation… et puis ma grande passion : le volley. Une discipline pour laquelle j’ai été entraineur fédéral en Auvergne. » Clermontoise d’origine, Céline Chevillon, 34 ans, est professeur d’EPS depuis 2007. Un concours qu’elle a obtenu assez jeune puisqu’elle avait 21 ans à l’époque. Comme beaucoup de ses collègues, elle a été envoyée dans une académie qui demandait beaucoup de recrutements, à savoir : l’académie de Créteil. « J’ai d’abord été Titulaire en zone de remplacement en Seine-et-Marne. J’ai donc sillonné le département pendant quelques années. Ça m’a permis de rencontrer beaucoup de publics différents. Je me suis finalement stabilisée au collège Grand Parc, à Cesson, il y a 10 ans. »

Ouvrir le champ des possibles

Une « stabilisation » qui ne freine pas l’engouement de Céline pour l’enseignement de l’EPS. Un domaine qu’elle a régulièrement besoin d’interroger et d’explorer. C’est pourquoi, elle décide de passer l’agrégation, qu’elle réussit en 2014. « J’aime me former régulièrement et apprendre de nouvelles choses. Je veux ouvrir le champ des possibles. » C’est dans cet esprit, et sur les conseils de son chef d’établissement, qu’elle accepte plus tard un poste de chargée de mission à la Délégation Académique à l’Action Sportive, à l’Olympisme et au Paralympisme, dans le cadre du label Génération 2024 (label destiné aux établissements scolaires pour développer les passerelles entre le monde scolaire et le monde sportif). Objectif de la délégation : impulser des actions dans les établissements et les accompagner. Du pain béni pour Céline, qui avait justement des idées à proposer…

Des actions appelées à devenir pérennes

« Nous avons élaboré un programme autour de 4 objectifs : l’éducation, la formation, la culture et la santé. Le but étant de construire l’héritage des Jeux en actes et de manière durable via des actions à destination des établissements scolaires. » Au final, l’ambition est de rendre pérennes 24 actions à l’horizon 2024. Parmi elles, celles que Céline a mises en place avec sa délégation en lien avec les fédérations sportives scolaires et ses partenaires. Par exemple : un relais en mixité totale sur 2024 mètres avec des élèves juges de transmission et chronométreurs. « Ça a également permis à des jeunes de l’académie de participer à l’ouverture du meeting international d’athlétisme de Montreuil en 2019. »

Sport et handicap

Désireuse d’agir dans tous les domaines du sport, Céline est également intervenue dans le champ du handicap, un domaine qui lui tient particulièrement à cœur. « Au collège, nous avons proposé un projet « sport et handicap » autour de la découverte des activités sportives adaptées. L’objectif est de permettre un changement de regard sur le handicap. Dans le même temps, nous avons développé l’action Course Solidaire au sein de l’académie de Créteil à partir d’une idée d’un enseignant d’EPS retraité. Il s’agit d’une course avec élèves, enseignants, sportifs de haut niveau qui a lieu tous les 23 juin pour la Journée olympique. Cette manifestation permet à des jeunes à mobilité réduite et installés dans des joëlettes (fauteuils roulants adaptés) de sillonner l’académie poussés par des équipages de personnes valides. » Une occasion pas si fréquente de partager des émotions et un effort commun entre valides et handicapés.

Favoriser la réussite des élèves

Céline n’est plus référente Génération 2024 depuis septembre. En véritable passionnée, elle a basculé sur un volet d’inspection en EPS. « Je souhaitais revenir sur l’exploration et le fonctionnement de la discipline. Je veux en découvrir tous les aspects. J’avais donc besoin de dépasser le cadre de ma mission. » De nouvelles responsabilités qui n’ont pas empêché la jeune femme de proposer des projets pour son collège dans le cadre de la SOP 2021. « Les conditions sanitaires ont un peu mis à mal nos idées. Mais nous n’avons pas baissé les bras. » Cette année, la thématique de la SOP étant « la santé », les élèves de Céline auront donc la possibilité de dresser leur profil sportif en se soumettant à des tests physiques simples. En lien avec ses collègues d’histoire, elle a également élaboré un projet sur le sport, les sportifs et les JO pendant la seconde guerre mondiale. « Les élèves visiteront une exposition prêtée par le mémorial de la Shoah. Ils devront faire un reportage dessus qu’ils pourront présenter à l’oral du brevet. » Jamais à court d’idées, Céline pense déjà aux actions qu’elle pourra mettre en place lorsque la crise sanitaire sera passée. Son leitmotiv : explorer encore et toujours l’enseignement de l’EPS et favoriser le bien être des élèves. « Le but est de les faire progresser et assurer la réussite de tous. L’EPS est une matière riche et je suis convaincue qu’elle est indispensable à la formation des citoyens de demain. »

Crédits photos : Eric Miranda / Grand Paris Sud et Com_Cesson_Daniel_Tonon

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus