Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Street art : une saison unique et internationale pour le territoire !

Publié il y a 18 jours

  • Actualités
  • Street art : une saison unique et internationale pour le territoire !

Plus besoin d’aller les dénicher aux quatre coins du monde ou dans les quartiers branchés de la capitale. Ils sont là, à portée de main ! Et vous les avez forcément vus. Au détour d’une rue, d’une place, d’un immeuble… Ils font de Grand Paris Sud LE territoire de référence dans le domaine du street art. Cette année encore, la saison se révèle haute en couleurs et en créativité. Nous, on adore ! On vous emmène faire un petit tour ?

Embellir un quartier, donner à voir du beau, de la couleur… Et puis aussi susciter des échanges entre les artistes et les habitants ! Voici l’ambition de cet événement, le Festival Wall Street Art, qui s’impose au fil des ans comme une des signatures culturelles de l’agglomération.

Le territoire a d’ailleurs misé sur le haut de gamme en confiant la direction artistique de ce festival à Gautier Jourdain, un galeriste du 13ème arrondissement de Paris, gérant de la galerie Mathgoth. Passionné par cet art urbain depuis les années 2000, c’est lui qui repère les artistes et leur permet de s'exprimer en format XXL pour notre plus grand plaisir.

Ainsi, à Grigny, Corbeil-Essonnes, Évry-Courcouronnes, Savigny-le-Temple, Lieusaint… comment ne pas tomber sous le charme de ces créations où de multiples techniques sont utilisées ? Les œuvres monumentales sont réalisées avec des bombes aérosol, de la peinture acrylique, des pochoirs et collages, sur des murs ou même du mobilier urbain. Et, si vous n’avez pas la chance de tomber nez à nez avec l’une d’elles, des visites guidées, à pied ou en vélo, sont organisés régulièrement par l’agglomération.

L’édition 2019 a permis d’accueillir 6 artistes, aux pédigrées incroyables, entre juin et octobre :

  • Reka : artiste de rue originaire de Melbourne, en Australie, basé plus tard à Berlin. Reka a commencé comme artiste graffeur dans les années 1990, passant ensuite au street art, y compris aux grandes peintures murales. Mother Nature, Savigny-le-Temple
  • Belin : cet Espagnol est connu dans le monde du graffiti pour ses peintures photo-réalistes. C’est après un récent voyage à Malaga, ville où est né Pablo Picasso, que Belin a commencé à modifier son travail en s’inspirant du cubisme du grand maître. Laurita, Évry-Courcouronnes
  • Zmogk : c’est un artiste urbain russe adepte des fresques murales. Il vient de réaliser un mur au musée du street-art Art42 et de participer à l’Urban Art Fair avec la Galerie NUNC. Il présente son univers coloré mêlant art figuratif et abstraction. Butterflies, Lieusaint
  • L7M : installé depuis peu à Paris, l’artiste brésilien L7M a commencé à ensoleiller les rues de la capitale et l’agglomération. La bergeronnette colorée, Moissy-Cramayel
  • Andrea Ravo Mattoni : du 23 au 27 septembre, cet artiste italien nous a régalés de son savant mélange entre l’art classique et la rue. Corbeil-Essonnes, 24, avenue Chantemerle, école l’Indienne
  • Jace : auteur du fameux "gouzou". Né à la Réunion, ce personnage à la fois mixte, métissé et sans visage, s’inspire de ses états d’âme. C’est lui qui, en 2016, a repeint le fameux Pont des Arts de Paris pour remplacer les cadenas qui devenaient une menace pour la sécurité du pont. Il sera à l’œuvre du 7 au 10 octobre. Grigny, Grand Borne, place de l’Œuf


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus