Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Un nouveau plan pour améliorer la ligne D du RER

Publié il y a 4 mois

Les dysfonctionnements chroniques de la ligne D du RER ne peuvent plus attendre les investissements programmés à l'horizon 2025. La SNCF propose donc des modifications de la desserte dès 2019.

Peut-on améliorer le fonctionnement de la ligne D du RER à court terme, sans attendre les investissements lourds prévus à l'horizon 2025 ? La question était à l'ordre du jour de la réunion de concertation organisée le 4 janvier à Courcouronnes. Le directeur de la ligne D Julien Dehornoy y présentait ses projets pour 2019 aux associations d'usagers et aux élus, notamment François Durovray, président du Département, Francis Chouat et Michel Bisson, président et président délégué de Grand Paris Sud, et Stéphane Beaudet, vice-président de l'agglo et du Conseil régional, chargé des transports.

Une ligne très fragile

Premier constat : la ligne est structurellement fragile du fait de sa longueur (190 km), de sa complexité (466 trains par jour et 59 gares desservies) et de hausse constante du nombre de ses voyageurs. Ils étaient 350 000 à l’ouverture complète de la ligne en 1995, ils sont aujourd'hui 615 000 et on prévoit 900 000 voyageurs à l’horizon 2030, soit une croissance de 50 % par rapport à aujourd’hui. Or, la SNCF l'affirme : une hausse de 10% du trafic se traduit immanquablement par une baisse de la ponctualité de 2%.

Modifier la desserte à court terme

Pour améliorer la ligne, de gros investissements sont prévus dans les années 2020 : le remplacement de 100% des rames par du matériel neuf de 2021 à 2026 ; la connexion du RER D au Grand Paris Express en 2023 ; le déploiement d'un nouveau système de signalisation en 2025. Sans attendre ces nouveautés, la SNCF vient donc de proposer des changements qui pourraient devenir opérationnels à court terme. En Essonne, il s'agit d'ajuster la grille de desserte et de créer des « ruptures » de ligne au sud, notamment à Corbeil et Juvisy. En Seine-et-Marne, la SNCF prévoit de passer de 2 à 3 trains au quart d’heure à l’heure de pointe du matin, entre 7h15 et 8 h.

Le calendrier

Cette modification de la grille de desserte, validée par le STIF lors de son Conseil d'administration du 11 janvier, va maintenant être soumise à la concertation, notamment au sein du comité de ligne, au sein duquel siègent les associations d'usagers. Le projet pourrait être définitivement validé par le STIF début 2018, pour une mise en place en décembre 2018.