Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Un quartier en devenir, le "Pôle de vie" de Genopole

Publié il y a 4 mois

Une résidence "étudiants et jeunes chercheurs" Bernard Barataud, une crèche Babilou et la pose de la première pierre de son prochain siège et du restaurant inter-entreprises. Le futur cœur de vie de Genopole, le premier biocluster français dédié à la recherche en génomique, génétique et aux biotechnologies, dessine déjà son visage. Il sera splendide !

-Genopole, vitrine emblématique du territoire en matière de recherche, n'en finit pas de grandir et de se développer ! Mercredi 27 juin, les premiers édifices du "Pôle de Vie" ont été inaugurés par de nombreuses personnalités dont Mathieu Lefèvre, secrétaire général de la préfecture de l'Essonne et Danielle Valéro, conseillère communautaire de Grand Paris Sud en charge de la santé.

Ce "Pôle de vie" est destiné à devenir un lieu d'échange et d'innovation au cœur d'un biocluster ouvert sur la ville pour les 15 000 salariés présents à moins d'1km. Représentant un investissement global de plus de 140 millions d'euros, il offrira à terme 7 bâtiments d'une superficie de 37 000 m2 élevés autour d'une place intérieure arborée propice à la détente. On y trouvera notamment une tour santé, un hôtel, des commerces, des restaurants, des locaux pour les entreprises et startups…

Imaginé par les architectes et urbanistes de SEMEO comme un véritable cœur de ville, cet ensemble paysager et immobilier est aménagé, construit et commercialisé par BIOBIZ, au centre même de Genopole, rue Henri-Auguste-Desbruères, à Évry.

Une politique d'attractivité et d'expansion

Deux structures ont déjà ouvert leurs portes dans le premier immeuble qui s'élève face au campus 1 de Genopole : une résidence de 180 logements pour les étudiants et les jeunes chercheurs et les 60 berceaux de la crèche Babilou, qui propose 3 formules d'accueil : régulier, occasionnel ou d'urgence.

L'objectif de Genopole est d'accueillir 130 entreprises et 30 laboratoires d'ici 2025 (contre 86 et 17 aujourd'hui).

Ce qu'ils en disent

Essonne habitat est le bailleur de la résidence Bernard Barataud et ARPEJ le gestionnaire. "Essonne habitat sert la politique de développement du territoire en répondant aux besoins spécifiques des acteurs locaux tout en collaborant à un projet architectural ambitieux, élégant et performant ", a souligné Chantal Elie-Lefevre, présidente d'Essonne Habitat.

Wissam Khalife, développeur du projet de Pôle de Vie pour BIOBIZ, a lui aussi exprimé sa satisfaction devant "ce grand projet, signal d'entrée dans l'agglomération, qui associe une foultitude d'acteurs publics et privés résolus à accompagner le développement d'un biocluster de renommée internationale."

Fabrice Taratte, directeur de la SEM Genopole, la société en charge d'une grande partie du patrimoine immobilier de Genopole, a déclaré : "Ce projet d'envergure va renforcer l'attractivité du territoire et du biocluster pour les startups en biotechnologies."

Quant à Jean-Marc Grognet, directeur générale de Genopole, il souligne : "Nous sommes dans une dynamique scientifique et économique qui contribue à établir de nouvelles synergies. Ce "Pôle de vie", à l'image d'un centre-ville, sera un atout majeur pour créer une vraie vie de cluster".


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus