Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

Retour

Le budget 2018

Le budget de Grand Paris Sud est adopté en conseil communautaire. Il fixe pour l'année à venir les recettes et les dépenses de la collectivité.

Présentation du budget 2018

Mardi 27 mars, lors du conseil communautaire, les élus de Grand Paris Sud ont adopté à l’unanimité le budget primitif (BP) 2018 de l’agglomération.

« Le budget 2018 sera un budget au service de nos politiques publiques. Nous connaissons notre feuille de route inspirée du projet de territoire. Nous partageons cette ambition forte de rayonnement et de développement. Cette ambition et ce cap que nous avons partagés à travers le projet de territoire doivent être maintenus », a expliqué Francis Chouat, Président de Grand Paris Sud.

Le budget de l'année 2018 est constitué d’un budget principal et de 11 budgets annexes (assainissement, eau délégation SP, régie de l'eau, régie Le Plan, aménagement secteur hippodrome, aménagement Bois Sauvage, aménagement Pyramides, parkings, pépinières Icam, chauffage urbain et Théâtre-Sénart. Chaque budget est divisé en deux sections : investissement et fonctionnement. Chaque section doit être équilibrée entre dépenses et recettes.

Le budget 2018 ne prévoit pas d’augmentation de la fiscalité intercommunale. La dette est stabilisée.

Voir la présentation agrégée du budget 2018 de Grand Paris Sud (PDF).

Le budget principal : fonctionnement

La section fonctionnement du budget principal s’élève à un peu plus de 292 millions d’euros.

Elle est financée par :

  • des recettes fiscales (CVAE - cotisations sur la valeur ajoutée des entreprises, CFE - cotisations foncières des entreprises, taxe d’habitation, taxes foncières sur les bâtiments bâtis et non bâtis)
  • les taxes sur les ordures ménagères
  • le produit relatif à l’exploitation des équipements communautaires (piscines, théâtres…)

Les principales dépenses de fonctionnement :

  • attribution de compensation versée aux communes : 66 260 492 €
  • rémunération des agents : 60 418 380 €
  • collecte et traitement des ordures ménagères : 34 220 944 €
  • aménagement et services urbains, environnement : 25 235 982 €
  • services généraux, adm. publiques locales : 12 798 723 €
  • culture : 11 452 283 €
  • action économique : 6 280 998 €
  • subventions aux associations : 6 423 710 €
  • sports et jeunesses : 6 088 067 €
  • interventions sociales et santé : 2 533 783 €
  • logement : 1 164 304 €
  • sécurité et salubrité publique : 710 683 €
  • enseignement, formation : 351 190 €

Le budget principal : investissement

La section investissement du budget principal s’élève à près de 182 millions d’euros.

Elle est financée par :

  • autofinancement (transféré de la section de fonctionnement)
  • subventions d’investissement (du département, de la région, de l’État, et de l’Europe)
  • le fonds de compensation pour la TVA (FCTVA), prélèvement sur les recettes de l’État)
  • l’emprunt

Une stratégie d’investissement ambitieuse

« L’investissement, c’est la priorité de ce mandat ! 681 millions d’euros sont inscrits à la programmation pluriannuelle des investissements d’ici 2023. Nous devons les réaliser », a déclaré Francis Chouat.

L’objectif de cette préparation budgétaire était d’inscrire les crédits de paiement correspondant aux opérations décidées et lancées comme prévu dans la PPI. Au BP 2018, les investissements s’élèvent à plus de 100 M€.

Exemples d’investissements prévus en 2018

Aménagement, développement économique et attractivité 

  • ANRU : 15,6 M € dont plus de 7 M € pour la Grande Borne et Grigny 2 dans le cadre de la feuille de route Grigny 2030
  • Opération Grand Parc à Bondoufle – développement urbain = 1,18 M €
  • 512 000 € pour le développement de l’agriculture urbaine à Ris-Orangis
  • 200 000 € pour l’école d’infirmières à Evry-Corbeil
  • 2,29 M € pour les Parcs d’activités économiques
  • 1,2 M € pour les pépinières
  • 1,1 M € pour la mise en accessibilité des arrêts de bus
  • 763 000 € pour les liaisons douces dont 221 000 pour Nandy
  • 2,5 M € pour le pôle Gare du Bras de fer à Evry

Équipements culturels et sportifs

  • 62 000 € pour la ferme de Varâtre à Lieusaint
  •  1 M € pour la rénovation des Arènes de l’Agora à Evry
  • 1,37 M € pour le théâtre de Sénart à Lieusaint
  • 100 000 € pour le centre Eugène Massillon au Coudray-Montceaux
  • 700 000 € pour les piscines – Définition des caractéristiques du plan piscine en 2018 – 10 M euros inscrits à la PPI
  • 238 000 € pour le parc des sports de Saint-Pierre-du-Perray
  • 244 000 € pour le terrain de baseball de Lieusaint
  • 646 000 € pour les terrains de tennis de Moissy-Cramayel
  • 100 000 premiers euros d’études et de diagnostics pour l’annexe du palais des sports de Corbeil-Essonnes
  • 190 000 € pour le complexe Jean Bouin à Savigny-le-Temple

Voirie, espaces publics, éclairage

  • 11,7 M euros pour la voirie au total dont :
    •  3,7 M € pour le Carrefour Delouvrier à Courcouronnes
    • 815 000 € pour le cœur de ville de Soisy-sur-Seine et 307 000 pour les réseaux d’assainissement
    • 365 000 € pour finaliser les travaux de l’avenue du 8 mai à Villabé
    • 90 000 € pour la voirie des berges de Seine au Coudray-Montceaux
  • 1,1 M € pour les parcs et espaces verts dont 325 000 pour le Cirque de l’Essonne
  • 5,3 M € pour l’éclairage public
  • 2,1 M € pour la collecte et l’élimination des déchets

Fonds de concours, équipements communaux

  • 11,7 M € pour des équipements où Grand Paris Sud exerce la Maîtrise d’ouvrage pour les communes ou autres partenaires : centre de loisirs à Tigery, la Rotonde et le groupe scolaire à Moissy-Cramayel, le groupe scolaire de Vert-Saint Denis pour 2,2 M euros, celui de Nandy pour 1 M euros, 1,5 M euros pour le groupe scolaire de Saint-Pierre-du-Perray, la gendarmerie de Saint-Germain-Lès-Corbeil pour 800 000 €.
  • 12,3 M € en fonds de concours aux communes

Eau, assainissement

  • 22,7 M € au total dont 14,8 M dès 2018 pour le grand chantier de création de deux bassins de rétention d’eau de pluie pour lutter contre les inondations à Ris-Orangis

Contractualisation

Une contractualisation appelant à la vigilance et à la mobilisation

Le budget 2018 s’inscrit dans un cadre national renouvelé et exigeant, celui de la contractualisation. L’État a posé les jalons de celle-ci, qui passent par une maîtrise de la hausse du budget de fonctionnement à +1,2 % et un encadrement de la capacité de désendettement à 12 ans. Sur ces deux aspects, Grand Paris Sud répond à ces exigences pour 2018, preuve d’une gestion saine.

« Nous prenons notre part à ce contrat, il donne de la visibilité, de la confiance… à condition d’une part que ce contrat soit durable et engage pour plusieurs années ; d’autre part que ce contrat soit respecté, ce qui n’est pas toujours le cas. Je crois donc aux vertus de la contractualisation entre deux entités, entre un État stratège et une intercommunalité forte. Mais si l’un est défaillant, il ne faudra pas compter sur l’autre pour assumer ses engagements », a affirmé Francis Chouat.

Le Président de Grand Paris Sud a notamment évoqué le dispositif des Maires bâtisseurs, non financé en 2017 et pour lequel les élus de Grand Paris Sud se sont mobilisés mais également la baisse des dotations de fonctionnement de l’État pour 2018 : au total, une baisse de 3,5 M € soit - 5% de dotation. Cela représente 1,1 % du budget de fonctionnement de l’agglomération.

Les documents budgétaires 2018

Budget principal

Délibération - maquette

Budget annexe

Archives : les budgets antérieurs

Consulter les documents budgétaires de l'année 2017

Consulter les documents budgétaires de l'année 2016

Dans cette rubrique

Le budget 2017

Retrouvez ici les documents budgétaires de l'agglomération Grand Paris Sud de l'année 2017.

Le budget 2016

Retrouvez ici les documents budgétaires de l'année 2016 de l'agglomération Grand Paris Sud.

Naviguer

L'agglo

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus