Un grand projet pour la Seine

Un parc naturel urbain pour les berges de Seine

L’histoire de Grand Paris Sud est liée à la Seine. Maillon essentiel de la trame verte et bleue de l’agglomération et axe structurant pour les déplacements, les loisirs et le développement économique, le fleuve méritait un grand projet.

Rendre les berges de la Seine accessibles à tous

Avec le parc naturel urbain, Grand Paris Sud entend promouvoir une identité propre aux berges, les aménager pour les rendre accessibles à tous et recréer un lien entre les habitants et les usagers autour du fleuve.

Organiser les berges entre espaces de loisirs et agricoles, zones résidentielles et d’activités économiques, telle est l’ambition de Grand Paris Sud pour reconnecter la Seine aux principaux centres urbains qui composent le territoire.

Une compétence spécifique depuis 2017

Grand Paris Sud a acquis en décembre 2017, par délibération, la compétence facultative Valorisation de la seine et de ses berges, et s’est engagée à partir de 2018 sur un programme d’actions. 

Ainsi, en juillet 2019, Grand Paris Sud a organisé en collaboration avec l’association Les Ateliers internationaux de maîtrise d’œuvre urbaine de Cergy-Pontoise, un atelier international d’urbanisme intitulé Vivre la Seine au quotidien : émergence d’une ville complète au sud de la métropole parisienne.

Les conclusions prometteuses de cet atelier ont conduit Grand Paris Sud à lancer une étude stratégique pour valoriser la Seine et ses berges.

Le parc naturel urbain, en chiffres :

  • 25 km de Seine
  • 31 km de berges accessibles au public à valoriser
  • 2 écluses (Évry-Courcouronnes et Le Coudray-Montceaux)
  • 8 cercles nautiques
  • 2 ports industriels
  • 12 communes sur les 23 que compte Grand Paris Sud sont situées en bordure de Seine

Conserver un patrimoine tout en l’ouvrant à la découverte

Travailler à la conservation d’un patrimoine unique, alliant biodiversité et constructions humaines, tout en le rendant plus lisible par les habitants de Grand Paris Sud, telle est l’ambition du parc naturel urbain.

Ce double objectif passe par la poursuite d’aménagements touristiques, à l’instar de la Scandibérique, qui traverse Grand Paris Sud sur plus de 21 km, de Grigny au Coudray-Montceaux, en passant par Ris-Orangis, Évry-Courcouronnes, Étiolles, Saint-Germain-lès-Corbeil et Corbeil-Essonnes. Cet itinéraire cyclable empruntent des liaisons douces, des voies vertes et des routes à faible fréquentation, souvent à proximité immédiate du fleuve.

Toutefois, nul besoin de relier la Norvège à l’Espagne à vélo pour apprécier les bords de Seine ; une simple balade à pied peut être l’occasion de faire une halte dans l’un des huit cercles nautiques installés sur le fleuve, et pratiquer du paddle, de la voile, du ski nautique, etc… Ou bien tout simplement ne rien faire, s’assoir et observer le cours de l’eau, comme l’ont fait des générations d’habitants avant vous.

La Seine, un atout économique

Le parc naturel urbain met également lumière la dimension économique attachée à la Seine. Tout au long de son tracé sur notre territoire, le fleuve concentre des activités portuaires à Corbeil et Évry-Courcouronnes, avec 2 écluses, 3 ports et 1 chantier naval. Cet outil d’aménagement permet également de questionner les enjeux de mobilité et de déplacement sur l’eau et sur les berges de Seine.

Ce contenu vous a-t-il été utile ?