Chargement...

©2016 Grandparissud.fr
Tous droits réservés

L'eau à Grand Paris Sud

L'agglomération Grand Paris Sud vous apporte l'eau potable au robinet et assure le traitement des eaux usées et la gestion du réseau d'assainissement.

Mais qu’est-ce que l’eau potable ?

Une eau potable est une eau que l’on peut boire sans risque pour la santé.

L’eau pure n’existe pas. L’eau n’est pas simplement une molécule composée de deux atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène (H2O). On y retrouve également une diversité de matières dissoutes, inertes ou vivantes : des gaz, des substances minérales ou organiques, des micro-organismes ainsi que des particules en suspension.

En réalité, sa composition chimique est grandement liée aux caractéristiques de son environnement.


Les chiffres clés de la gestion de l’eau potable par la Communauté d’agglomération de Grand Paris Sud

  • 24 communes
  • Plus de 346 000 habitants desservis
  • Plus de 21 millions de mètres cubes distribués
  • Plus de 18 millions de mètres cubes consommés
  • Plus de 1 100 km de réseaux et 66 000 branchements, 13 réservoirs, 2 usines de production d’eau potable et une unité de rechloration
  • Rendement du réseau partout supérieur à 81% excepté Morsang-sur-Seine (55%)


Pour passer de l’état d’eau brute à l’état d’une eau consommable, l’eau prélevée dans son milieu naturel doit être traitée (potabilisée).

En effet, l’article L.1321-1 du Code de la santé publique stipule que « toute personne qui offre au public de l’eau en vue de l’alimentation humaine, à titre onéreux ou à titre gratuit et sous quelque forme que ce soit, y compris la glace alimentaire, est tenue de s’assurer que cette eau est propre à la consommation. »

Précisément, l’eau du robinet est le produit alimentaire le plus contrôlé en France. Pour cela elle répond à une série de critères, définis par l’arrêté du 11 janvier 2007 du Ministère de la santé. De fait, pour être un produit alimentaire, l’eau du robinet devra répondre à des paramètres : organoleptiques (coloration, odeur, turbidité, saveur), physico-chimiques (température, PH, chlorures, sulfates), microbiologiques, micropolluants et chimiques. Son contrôle sanitaire est réalisé par l’Agence régionale de santé (ARS), qui contrôle toute la chaîne de distribution : les captages, les stations de traitement, ainsi que les équipements de production et de distribution.


L’eau en toute transparence

La synthèse des analyses du contrôle sanitaire des eaux est affichée quotidiennement à la mairie de votre ville. Pour les abonnés, ces analyses seront également adressées à l’occasion d’une facture d’eau (fiche d’information annuelle).

Les résultats du contrôle sanitaire mis en œuvre par ARS sur la qualité de l’eau sont affichés également sur le site internet du Ministère chargé de la santé (www.eaupotable.sante.gouv.fr). Elles sont accessibles commune par commune.

Les traitements

Avant d’être distribuée dans les circuits d’eau potable pour arriver dans votre robinet, l’eau subira plusieurs traitements. Ces étapes de traitement sont : le prélèvement de l’eau dans la nature, la clarification de l’eau, la désinfection de l’eau ainsi que son affinage.


Le prélèvement désigne l’eau capté dans son milieu naturel pour être potabilisée.

Origine de l’eau de Grand Paris Sud

  • L'eau, qui coule de votre robinet, a deux sources à Grand Paris Sud :
  • La Seine
  • La nappe phréatique


La clarification de l’eau

Captée dans son milieu naturel, l’eau brute passera dans des grilles plus ou moins fines. Cette opération, nommé dégrillage et tamisage, a pour but d’éliminer les déchets, plastiques, branchages, cailloux, feuilles mortes…

Ensuite vient la phase de clarification. Il s’agit de rendre l’eau plus limpide en y injectant un réactif chimique qui provoquera la coagulation des particules : c’est la floculation. En s’agglomérant, ces particules forment des flocons qui se déposent au fond d’un bassin de décantation. Pour achever de clarifier l’eau et ainsi éliminer les derniers flocons, l’eau passera à travers une épaisse couche de sable fin (80 cm à 1,50 m) : c’est la phase de filtration sur lit de sable. Une étape complémentaire peut être mise en œuvre, la filtration par charbon actif qui permet d’éliminer les produits de traitement, goût et odeur.

La désinfection de l’eau

Cette étape est essentielle pour éliminer les micro-organismes susceptibles d’être dangereux pour notre santé. Les méthodes pour désinfecter l’eau varient d’une usine de fabrication d’eau potable à une autre. Les plus communes sont la chloration, l’ozonation et la stérilisation aux rayons ultra-violets. Elles ont chacune des qualités propres : la chloration, procédé avec du chlore gazeux, est une technique simple à mettre en œuvre et peu onéreuse, mais qui peut produire une odeur parfois perceptible. Le procédé par ozonation est plus coûteux et consiste à mettre en contact de l’eau des bulles d’air ozonées. Quant à la stérilisation par rayonnements ultra-violets qui a l’avantage d’être peu cher, elle consiste à soumettre l’eau à un rayonnement ultra-violet.

Astuce

Pour éliminer l’odeur de chlore, mettre l’eau du robinet en bouteille dans votre réfrigérateur. Le chlore s’évapore.


La Régie de l'Eau : votre service public de l’eau

A noter : depuis le 1er Janvier 2018, "L'eau de l’Agglo" a changé de nom et s'appelle "La Régie de l'Eau".

Cette régie publique de l’agglomération Grand Paris Sud assure depuis 2013 la distribution de l’eau potable à 44 700 foyers et 6 600 établissements sur 6 communes du territoire : Bondoufle, Courcouronnes, Évry, Lisses, Ris-Orangis et Villabé.

Documents à télécharger

Pour contacter La Régie de l'Eau

Les dernières actualités
Publié il y a 3 mois

Alerte canicule : Météo France définit une canicule comme "un épisode de températures élevées, de jour comme de nuit, sur une période prolongée." Pour supporter cette période et ses températures inhabituelles, adoptez les bons gestes.

Publié il y a 8 mois

Des températures négatives sont annoncées par Météo-France la semaine prochaine : les canalisations extérieures risquent de geler si elles ne sont pas protégées. En effet, l’eau gelée contenue dans les canalisations occupe un volume plus important. La conséquence de ce volume d’eau en plus : la casse des tuyauteries ou encore des compteurs d’eau. La Régie de l'Eau, les sociétés de les Eaux de Sénart et des Eaux de l’Essonne donnent quelques conseils.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent de réaliser des statistiques anonymes de fréquentation de ce site internet. En savoir plus